Accueil
Reglement
Les cours
Le club photo
Psychologie a l'image
La retouche d'image
Expositions
Evènements / Agenda
Les Photographes
Galerie de photos
S'inscrire
Demande d'informations
Le bureau
Petites annonces
Liens
Forum
Aide en ligne
Cours de photographie par vidéo
Mon compte
Bannieres
Nous contacter
PSYCHOLOGIE A L'IMAGE

Psychologie a l'image :

Ce tutoriel est destiné à comprendre ce que vous faites en matière de prise de vues photographique, cela devrait également vous aider a juger une photo.

La première question à se poser. Qu’est-ce qui va (ou fait l’intérêt de cette photo ?)

le choix du sujet : c’est un critère primordial bien entendu. Certaines photos sont rendues banales parce que le thème est lui même banal. Par contre un bon rendu avec un sujet banal ou difficile est une performance.
Mais ce raisonnement serais simpliste si on se contentait de le réduire à cette simple analyse.

- le thème doit intéresser le lecteur par sa nature mais peut-être mis en valeur par des arguties techniques ou psychologiques oui mais lesquelles ?
deux bases sont a retenir :
- système passif : le sujet est intéréssant comme il est, et si je devais utiliser d’autres facéties je risquerai de dèformer la vérité. C’est l’exemple même de la photo reportage ou l’objectivité du document doit primer sur le faire valoir (quoique ?). De même sur certaines photos de paysages ou de portrait ou l’originalité du sujet suffit.

- Système actif : j’ai décidé de créer une situation ou je vais orienter le jugement du lecteur vers une façon de voir et de penser qui sera différente en fonction des outils à ma disposition.

2) quel est le sujet principal ? est-il mis en valeur ? plusieurs techniques peuvent être mises en évidence . l’angle de PDV ou autre Exemple : en portrait on peut créer un flou d’arrière plan pour détacher le sujet
Y a t’il un ou des sujets secondaires ? quel est l’interaction du sujet principal et (du ou des) sujets secondaires au niveau de la compréhension générale de l’image ?
y a t'il création de lignes de forces? et si c'est le cas qu'elle est leurs dépendances par rapport au sujet principal?

3) L’espace. l’impression d’ensemble est-elle équilibrée ou a contrario l’artiste a t’il voulu créer une dissonance ? le cadre général est-il suffisant ou ne fallait-il pas augmenter ou diminuer l’angle de champ ?

4) le temps. C’est le moment ou je dois déclencher. Celui-ci est-il convenablement interprété ? c’est ainsi que pour un sujet en mouvement on peut supposer une action qui se continue dans le temps, ne fallait-il pas alors retarder ou anticiper l’action ? y a t’il une impression psychologique de vitesse comme un filé par exemple ?

5) la trame. Le rendu général est-il bien sorti ?. L’impression est-elle rendue fluide ou a contrario y a t’il trop de bruit ou de grain ? il est a noter que la aussi on peu rajouter du bruit ou du grain à la photo pour donner un coté pathétique, encore faut-il que le sujet s’y prête et que ce ne soit pas au détriment de l’impression générale. L’éclairage du sujet à lui aussi son importance. Les questions à se poser pour ce paramètre sont les suivantes.

- l’éclairage principal est-il sous le bon angle ? y a t’il un contre jour ?
ou un angle d’éclairage qui aurait été mieux adaptés à d’autres heures ou d’autres saisons ?
(essentiellement pour le paysage)
- l ‘intensité de la lumière qui détermine la densité générale est-elle correctement traduite ?
- l’impression générale est-elle crue (création d’ombres) ou a contrario rendue plus fluide ? voir travail des hautes et basses lumières.
6) les couleurs et le contraste sont-ils bien traduits ? s’agit-il de teintes très saturées ou au contraire dés saturées sont-elles en harmonie entre-elles ?
le contraste est-il suffisant ?

il est à noter que ces deux paramètres peuvent être facilement modifiés soit partiellement soit totalement avec un bon logiciel de retouches, car il est pas toujours facile de s’en préoccuper dans nos PDV.

Critères basiques :

1)le choix du cadrage.
Serré sur le sujet ou au contraire large pour camper le sujet dans son environnement. Cadrage en hauteur ou en largeur.
2)critères techniques à la prise de vue : dans l’ordre :
- choix de la focale, il est à noter qu’un grand angulaire donne une présence une atmosphère sur un événement par le simple fait de travail très prêt du sujet, celui-ci déforme et peut créer des situations pathétiques voire loufoques. C’est souvent l’outil privilégié du reporter. De plus par son angle de champ et sa profondeur de champ plus importante il est souvent plus proche de ce que voit l’œil. Le téléobjectif ou focale longue pour les zoom, il crée une intimité par la réduction de la profondeur de champ et de l’angle de champ.

- choix de l’exposition. sur certaines photos et notamment le paysage dans la mesure ou il y a des ombres portées. Priorité a la haute ou à la basse lumière, pour cela une technique s’impose soit la mesure spot et mémoriser si vous l’avez, soit orienter votre appareil vers la haute ou la basse lumière et mémoriser et recadrer de nouveau pour cela il faut se rapprocher évidemment du sujet. (voir démonstration pratique dans les cours)
Cependant dans la plus part des cas la mesure évaluative ou matricielle suffit.

- choix de l’ouverture. Elle déterminera la profondeur de champ en fonction du diaph certes mais également du choix de la focale (voir cours) il est a noter qu’il est souvent préférable de travailler en priorité ouverture pour la plus part des PDV au diaph 4,5/5,6/8 (qui sont ceux le plus employé) exception faite de l’imagerie sportive ou la priorité sera plutôt donnée à la vitesse.

- choix de la vitesse d’obturation. Elle dépend de la vitesse de déplacement du sujet et d’autres critères qui sont développés dans nos cours et qu’ils seraient trop long à expliquer ici. L’emploi du pied est parfois nécéssaire (vitesse lente).

- L’apport de lumière artificielle. Flash. Contrairement à ce que croient certains cet outil ne sert pas seulement quand il n’y a pas de lumière mais peu parfois servir justement quand il y a trop de lumière pour un sujet de prés (fill-in) cela apporte une fluidité un rendu dans les ombres.

- L’apport de filtres à la prise de vues. Il en existe de nombreux. On peut cependant les classifier

A)les correcteurs ex : anti-UV skylight.

B)Les correcteurs de modification de chromatisme. Pour rattraper ou changer la teinte de votre image

C)Les polarisants ceux-ci ont deux effets principaux ils éliminent les reflets parasites et surtout saturent les couleurs et réduisent en partie le voile atmosphérique. Ce filtre prend toute sa valeur même en numérique.

D)Les filtres à effets : (voir cours)

E)Les filtres que je qualifierai de « petit malin » ce sont des filtres que vous fabriquez vous-même ex amusant : souffler sur votre objectif pour créer de la buée cela va provoquer un brouillard factice et désaturer les couleurs, comme pour les autres filtres il existe de nombreuses variantes décrites dans mes cours.

Il est à noter que depuis l’invention des logiciels de retouche, certains filtres sont rendus obsolètes, cependant d’autres gardent toute leur importance.
3)Arguties et principes de base en psychologie à l’image :
-L’œil est toujours plus attiré dans le cadre par le sujet le plus important (sauf cas indiqués si dessous), l’effort de compréhension générale s’effectue après.

-en couleur l’œil est toujours plus attiré par la teinte chaude (tirant sur le rouge) lorsque vous additionnez évidemment teintes chaudes et froides. Ceci est vrai même lorsque votre sujet sera très petit et plus vous saturerez plus l’effet sera important.

- dans certains cas la compréhension du sujet peut être envoyé vers l’extérieur du cadre par ex : un personnage pris de profil dans une attitude de marche, votre analyse sera une interprétation de l’espace évolutif qui dépassera bien entendu le cadre de votre photo.

-en noir et blanc les sujets graphiques prennent plus d’importance qu’en couleur, de même certains reportages sont plus pathétiques en utilisant ce moyen d’expression.

-un flou partiel dans le cadre emmène toujours l’œil vers la partie la plus nette.

-les lignes de force emmènent aussi le regard vers le sujet principal même si il est petit.

- le filé apporte toujours une impression de mouvement, de vitesse de votre sujet (plusieurs techniques)

-cas spécifique du rouge et du vert. Lorsque vous additionnez ces deux teintes dans le cadre le sujet principal semblera se détacher du fond et créera un effet de pseudo relief.

-un cadre noir à pour but de faire ressortir les couleurs à contrario le blanc les affadis (explication dans les cours)

-il existe une interdépendance des couleurs entre elles au niveau de la perception de la teinte (trop long a expliquer ici mais détaillé dans mes cours).

-les proportions du nombre d’or apportent une harmonie dans le cadre à contrario les transgresser peuvent déranger la compréhension générale ce qui peut être un choix. Il est à noter que le nombre d’or s’exerce sur les formes proportions et surfaces mais également sur les teintes ex 2/3 de teintes jaunes et 1/3 de bleu.

-en portrait un regard on (vers l’objectif) sera toujours plus expressif qu’un regard off (en dehors du cadre) par contre un regard off apporte bien souvent une impression de douceur voir même dans certains cas un effet glamour. Un vêtement noir va durcir l’impression générale et clair effectuer l’effet contraire.

4)choix de vos photos :
ces dernières années l’apport du numérique à considérablement augmenté le volume de votre production quoique vous décidiez comme support, il vous faudra choisir la bonne photo ! l’exercice est plus délicat qu’il n’y paraît, car vous serez toujours tenté d’en rajouter, sachez bien que « trop de photos, tue la photo ».

Une méthode (la mienne) cela demande d’abord un peu de temps, ce qui est bien entendu contre-actuel dans une société ou tout va trop vite. Passez plusieurs fois votre production sur votre ordinateur éliminez 50% de votre production (il est cependant à noter que les meilleurs réduisent considérablement ce pourcentage car si vous avez l’habitude des PDV vous ne prendrez que ce qui est nécéssaire et ne shooterez pas à tout va, des très grands photographes comme Cartier Bresson n’éliminez quant à eux que 10% de leurs oeuvres mais tout le monde n’est pas un grand photographe. De plus quoique que vous fassiez il y aura toujours sur 100 photos choisies et bonnes, 1 à 2 photos d’exception et hélas c’est celles-la que le lecteur retiendra, cela vous obligera donc pour une production de grande valeur à effectuer des milliers de photos.

5)finition et retouche :
la aussi, l’apport de logiciels de retouches d’images a complètement révolutionné l’espace photographique.

Quoique vous décidiez il y aura deux choix possible :
1)je me contente de modifier mon œuvre superficiellement par exemples en modifiant le cadrage et les teintes saturation contraste, considérant que la photographie reste un outil ou la prise de vues prime.

2)je considère que ce nouvel outil est a lui seul un facteur de création et je modifie mes œuvres en profondeur.

Cela reste évidemment de l’art mais conduit à une orientation ou l’objectivité est fortement entamée. Dans ce cas il vous faudra bien maîtriser votre logiciel car les applications sont nombreuses et variées. Par expérience si vous voulez gagner du temps prenez des cours ! de toutes façons cela ne vous dédouanera pas de travailler tout seul derrière votre ordinateur pendant de longues heures.

6)le choix du support et les adaptations nécessaires ; toutes les photos sont faites pour êtres vues, il vous faudra donc adapter celle-ci à votre choix de support.

Exemple : le format du tirage ou, autre exemple le format informatique et la compression pour adapter à la mise sur un site. Il en va de même pour la presse ou l’emplacement, la surface et la position dans le journal ajoute ou non a l’œuvre.

Le support sera un vecteur essentiel de la lecture de l’image pour cela il vous faudra essayer de bien comprendre celui-ci de telle façon que votre photo prenne toute sa valeur !



F.Tellosa










Contacter le WEBMASTER

.::Mentions légales::.
Nicéphore préfère les pingouins !